ActualitésActualités

Systematic rape and torture in Xinjiang’s internment camps

Selon les nouveaux rapports détaillés obtenus par la BBC, les femmes dans les camps chinois dits de “rééducation” ont été systématiquement violées, torturées et abusées sexuellement. Les victimes ont déclaré à la BBC qu’elles avaient vécu et vu des preuves d’un système organisé de viols de masse, d’abus sexuels et de torture.

Que sont les camps d’internement du Xinjiang ?

Les camps d’internement du Xinjiang sont des installations conçues pour détenir et laver le cerveau des Ouïghours et d’autres minorités majoritairement musulmanes. Ces camps, dans lesquels ont été menés des traitements inhumains et arbitraires, ont été construits pour empêcher les Ouïghours et les minorités musulmanes de mener leurs activités religieuses et culturelles. Ils ont été créés sous l’administration de l’actuel président de la République populaire de Chine, Xin Jinping, et sont actuellement gérés par Chen Quanguo, secrétaire du comité du Parti communiste chinois pour la région du Xinjiang. Les analystes affirment que la politique à l’encontre des Ouïghours a été menée directement par Xin Jinping. Selon les informations communiquées au New York Times, après une attaque séparatiste en 2014, il a ordonné aux responsables locaux de “répondre sans pitié”. Les camps sont officiellement appelés “centres d’enseignement et de formation professionnels” par le gouvernement chinois, mais les installations sont entourées de hautes tours de garde et de fils barbelés comme aucun autre établissement d’enseignement.

En 2019, le chercheur Adrian Zenz, grand spécialiste des politiques de la Chine au Xinjiang, a estimé que le nombre de ces camps dits de “rééducation” dépasse le millier dans la région. Outre l’augmentation du nombre de ces camps, on observe également un élargissement remarquable de leur étendue territoriale. Selon certaines prévisions indépendantes, plus d’un million de Ouïgours et d’autres minorités majoritairement musulmanes ont été détenus dans les camps situés dans la région occidentale de la Chine, le Xinjiang.

Le viol est devenu une culture dans les camps d’internement du Xinjiang

La Chine annonce que les camps d’internement existent pour la “rééducation” et la déradicalisation des Ouïgours et des autres minorités. L’histoire est cependant complètement différente pour les détenus et les victimes. Bien que les récits de première main sur les camps d’internement soient rares, plusieurs anciens détenus et un gardien ont parlé à la BBC du viol et de la torture systématiques.

“Ils ne font pas que violer, ils vous mordent aussi sur tout le corps, vous ne savez pas s’ils sont humains ou animaux”.

L’une des anciennes captives “Ursunay Ziawadun” vérifie les images satellites du camp dit de “rééducation” dans lequel elle avait été détenue. D’après les informations qu’elle a données, le camp d’internement se trouve dans le comté de Xinyuan. D’après ce qu’elle a dit à la BBC, elle a passé neuf mois dans une cellule avec 13 autres femmes, a subi des viols collectifs et a été torturée trois fois dans le même établissement. Elle a raconté aux enquêteurs qu’elle avait été emmenée hors de sa chambre et violée et torturée de manière barbare par trois hommes masqués dans un endroit appelé “chambre noire”. Ils lui ont enfoncé des matraques dans les parties génitales avec des décharges électriques. Elle a déclaré : “Ils ne se contentent pas de violer, ils vous mordent aussi sur tout le corps, vous ne savez pas s’ils sont humains ou animaux.” Elle a ajouté qu’elle n’était pas la seule à avoir subi des viols et des tortures, “des femmes étaient sorties des cellules “toutes les nuits” et violées par un ou plusieurs hommes masqués”. Elle a ajouté que certaines femmes qui avaient été emmenées hors des cellules la nuit n’étaient jamais revenues.

Ziawadun a également été témoin d’un cas horrifiant de stérilisation d’une femme âgée d’une vingtaine d’années. Elle n’est pas la seule à avoir été confrontée à la politique de contrôle des naissances du gouvernement chinois au Xinjiang. Selon une enquête menée par l'”Associated Press”, la Chine dépense des centaines de millions de dollars pour réduire les naissances des Ouïgours tout en encourageant la majorité Han à avoir plus d’enfants. Les stérilets, l’avortement et la stérilisation sont quelques-unes des méthodes utilisées par les autorités chinoises. La région du Xinjiang était l’une des régions à la croissance la plus rapide de Chine, mais ces dernières années, sous l’effet de la politique de contrôle des naissances, elle est devenue l’une des plus lentes. La politique de contrôle des naissances au Xinjiang est qualifiée de “génocide démographique” par certains experts.

Des coupes de cheveux courtes obligatoires, des tests médicaux inexpliqués, l’injection continue d’un vaccin provoquant des engourdissements et des nausées sont quelques-uns des autres traitements inhumains dont Ziawadun a été témoin ou victime pendant sa détention. Après neuf mois de captivité, elle a finalement été libérée avec les autres personnes qui avaient des parents ou des conjoints au Kazakhstan. L’État lui a rendu son passeport. Elle avait d’abord fui au Kazakhstan, puis son refuge aux États-Unis a été approuvé. Elle vit maintenant dans un quartier tranquille de Washington.

Une autre personne interrogée était Gulzira Auelkhan, une femme kazakhe qui a passé 18 mois dans le réseau de camps d’internement de la Chine. Elle a déclaré qu’ils l’ont forcée à déshabiller les femmes ouïgoures et à les menotter pour qu’elles ne puissent pas bouger lorsqu’elles étaient seules avec des hommes chinois. “Les hommes chinois payaient de l’argent pour avoir le choix des plus jolies jeunes détenues”, a-t-elle déclaré.

Qelbinur Sedika, un ancien professeur de langue de l’un des camps d’internement du Xinjiang, affirme que lors d’une de ses conversations avec une policière du camp, elle a demandé s’il y avait des cas de viols dans les camps. La réponse a été plutôt choquante. La policière a répondu : “Oui, le viol est devenu une culture. Ce sont des viols collectifs et la police chinoise ne se contente pas de les violer, elle les électrocute aussi. Elles sont soumises à d’horribles tortures”. Une autre enseignante, Sayragul Sauytbay, qui a travaillé de force dans les camps d’internement, a également déclaré à la BBC avoir été témoin d’un viol collectif public d’une jeune fille de 20 ou 21 ans. Les policiers se relayaient pour la violer”, a-t-elle déclaré.

La BBC a également interrogé un ancien garde du camp aux côtés des enseignants et des détenus. D’après ce qu’il a dit à la BBC, il n’a pas été témoin de viols pendant la période où il a travaillé, mais il a reconnu l’utilisation de matraques électriques et de certaines méthodes de punition utilisées par les gardiens du camp. L’une de ses observations est assez éloquente : “Je suis entré dans ces camps. J’ai emmené des détenus dans ces camps, j’ai vu ces gens malades et misérables. Ils ont certainement connu divers types de torture. J’en suis sûr.”

Il pourrait y avoir jusqu’à 3 millions de Ouïghours et d’autres minorités dans les camps de concentration du Xinjiang. Il semble peu probable que les personnes détenues dans ces camps puissent s’en échapper sans perdre leurs valeurs personnelles et ethniques. Au vu des récits des anciens captifs et employés, il ne fait aucun doute que “leur objectif est de détruire tout le monde”, comme l’a dit Tursunay Ziawadun.

Related posts
Actualités

Webinaire : La liberté d'expression et sa promotion dans les institutions internationales et européennes

Ce webinaire a porté sur la liberté d’expression et sa promotion au sein des institutions internationales et européennes, en présence de deux…
ActualitésActualitésAutonomisation des FemmesProjets

L'ASSEDEL lance le projet d'Autonomisation des Femmes

Dans la cadre des projets “Autonomisation des Femmes”, l’Assedel propose un programme de mentorat aux femmes immigrantes ayant un objectif de carrière….
ActualitésActualités

L'ASSEDEL a organisé le webinaire sur la protection du droit de l'environnement et les mécanismes internationaux le 1er décembre à 19h30.

L’intervenant M. Julien Vieira est avocat au barreau de Bordeaux, docteur en Droit et membre de l’institut du droit à l’environnement de…
Subscribe to our newsletter!

Subscribe to get the latest information about our struggle to promote human rights.